Die Geschichten des Rabbi Nachman PDF

Martin Mordekhaï Buber naît dans une famille juive viennoise plutôt assimilée. Il reçut une éducation complète, et pour le moins polyglotte : on parlait à la maison yiddish et allemand, il apprit l’hébreu et le français dans son enfance, ainsi que le polonais au cours de die Geschichten des Rabbi Nachman PDF études secondaires.


Författare: Martin Buber.
Mystische Erzählungen voller Weisheit und Tiefe
Mit dichterischem Einfühlungsvermögen erzählt Martin Buber in dieser Auswahl einige der bedeutendsten Geschichten des Rabbi Nachman (1772-1810), einem der letzten großen Vertreter des Chassidismus. Seine Geschichten erzählen vom Ringen der Seele, aufgespannt zwischen irdischer Befangenheit und himmlischer Sehnsucht. Voller Humor und leiser Ironie entfalten sie die zeitlos gültige Weisheit jüdischer Mystik.
Eines der populärsten literarischen Werke Martin Bubers
Mit Vignetten aus mittelalterlichen jüdischen Prachthandschriften

En 1892, il retourna dans la maison paternelle, en proie à une crise religieuse qui l’amena temporairement à se détacher du judaïsme. Au cours de cette période, il s’initia à Kant et à Nietzsche. En 1896, il part étudier la philosophie, la philologie germanique et l’histoire de l’art à Vienne. En 1898, il adhère au mouvement sioniste moins pour des raisons politiques ou religieuses que culturelles, et en sera un membre actif et engagé. Nahman de Bratslav, figure du mouvement hassidique, dont Martin Buber tente de renouveler le message et la portée. De 1910 à 1914, il étudie les mythes et réédite des textes mythiques. En 1916, il quitte Berlin pour Heppenheim.

Au cours de la Première Guerre mondiale, il participe à la création de la Commission nationale juive afin d’améliorer les conditions d’existence des Juifs d’Europe de l’Est. Il est également rédacteur de Der Jude. En 1924, il cesse l’édition du Der Jude. En 1925, il entame, avec Rosenzweig, la traduction de la Bible en allemand.

De 1924 à 1933, il enseigne la philosophie religieuse juive à l’université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main. La raison de sa démission est naturellement l’accession de Hitler au pouvoir. Il fonde alors l’organisme central d’éducation adulte juive, qui gagne en importance à mesure que les nazis interdisent aux Juifs d’assister à toute institution publique. Bien sûr, l’administration nazie ne tarde pas à empiéter sur le fonctionnement de cet organisme.

Finalement, il quitte l’Allemagne en 1938, pour s’installer à Jérusalem. On lui offre une chaire à l’université hébraïque de Jérusalem, où il donne cours d’anthropologie et de sociologie. Il prend rapidement une part active aux problèmes rencontrés par les Juifs en Palestine ainsi qu’avec leurs voisins arabes, tout en œuvrant sur ses écrits et traductions de la Bible, et ses contes hassidiques. Après la Seconde Guerre mondiale, Martin Buber entame une tournée de conférences en Europe et aux États-Unis et esquisse un rapprochement avec les intellectuels allemands. En 1958, son épouse Paula meurt, peu avant qu’il ne reçoive le prix Israël. En 1963, il reçoit le prix Érasme à Amsterdam. Il est donc impensable de parler aux hommes sans parler à Dieu, et réciproquement.