Wer ist Alexander Grothendieck? Anarchie, Mathematik, Spiritualität – Eine Biographie PDF

Il était connu pour son intuition extraordinaire et wer ist Alexander Grothendieck? Anarchie, Mathematik, Spiritualität – Eine Biographie PDF capacité de travail exceptionnelle. La médaille Fields lui a été décernée en 1966.


Författare: Winfried Scharlau.

Teil 1 der vierbändigen Biographie des bedeutenden Mathematikers Alexander Grothendieck.

Tanaroff, est un anarchiste militant ukrainien né à Novozybkov, ville située aujourd’hui en Russie, dans l’oblast de Briansk. Il est issu d’une famille juive de hassidim. Hanka et Sacha fréquentent le mouvement libertaire. Alexander est autorisé à quitter le camp pour aller étudier au lycée Chaptal à Mende. Juliette Usach, et où sont également cachées de nombreuses autres jeunes victimes des lois raciales. Il est alors élève du collège Cévenol, de la même ville, où il passe son baccalauréat à la fin de la guerre.

En 1948, il se rend à Paris avec une lettre de recommandation signée par son professeur d’analyse, Jacques Soula et adressée à Élie Cartan. C’est le début de sa carrière mathématique. Il est attaché de recherche du CNRS de 1950 à 1953. Des six articles qu’il rédige pendant cette période, il en choisit un,  Produits tensoriels topologiques et espaces nucléaires , pour soutenir sa thèse. Il quitte la France pour travailler, en tant que professeur invité, au Brésil de 1953 à 1954 — il est alors chargé de recherche du CNRS — puis à l’Université du Kansas en 1955 et à l’Université de Chicago. Après des travaux remarquables en analyse fonctionnelle, il se tourne vers la géométrie algébrique. Il revient à Paris en 1956 en tant que maître de recherche du CNRS, et se penche sur la topologie et la géométrie algébrique.

L’année suivante, il décide de terminer ses travaux inachevés et réalise quelques percées spectaculaires. Il rencontre également sa future femme, Mireille, avec qui il aura trois enfants. IHÉS en 1970, en signe de protestation contre le financement partiel de l’institut par le ministère de la Défense. Grothendieck obtient un poste de professeur associé au Collège de France où, le 3 novembre 1971 il introduit son cours de mathématiques par une séance intitulée  Science et technologie dans la crise évolutionniste actuelle : allons-nous continuer la recherche scientifique ? Il aborde ainsi les questions non techniques de la survie  sous sa propre responsabilité, sans sanction officielle, et sans que le fait soit signalé sur les affiches du Collège de France. En 1973, il obtient un poste de professeur à l’université de Montpellier, qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 1988. 1985, qui ne trouve pas d’éditeur.

1970 et la récompense porte sur des travaux vieux de vingt-cinq ans. Tout en ne publiant pas de recherche mathématique de manière conventionnelle au cours des années 1980, il a produit plusieurs manuscrits influents avec une distribution limitée, à la fois mathématique et biographique. Produite entre 1980 et 1981, La Longue Marche à travers la théorie de Galois est un manuscrit de 1600 pages contenant plusieurs des idées qui ont mené à Esquisse d’un programme. Il décrit de nouvelles idées pour étudier l’espace de modules de courbes complexes. Grothendieck décrit son approche des mathématiques et ses expériences dans la communauté mathématique, une communauté qui l’a d’abord accepté de manière ouverte et accueillante, mais qu’il a progressivement perçue comme étant gouvernée par la concurrence et le statut. En 1988, Grothendieck a refusé le prix Crafoord avec une lettre ouverte aux médias.

Il a écrit que les mathématiciens établis comme lui n’avaient pas besoin d’un soutien financier supplémentaire et ont critiqué ce qu’il considérait comme l’éthique décroissante de la communauté scientifique, caractérisée par un vol scientifique absolu qui, selon lui, était devenu monnaie courante et tolérée. La Clef des Songes, un manuscrit de 315 pages écrit en 1987, est le récit de Grothendieck sur la façon dont la considération de la source des rêves l’a conduit à conclure que Dieu existe. Dans le cadre des notes de ce manuscrit, Grothendieck a décrit la vie et la parole de 18 mutants, les personnes qu’il admirait comme visionnaires bien avant leur temps et qui annonçait un nouvel âge. Le seul mathématicien de sa liste était Bernhard Riemann. Par ailleurs, son travail a servi de base à Gerd Faltings pour démontrer la conjecture de Mordell, connue depuis comme le théorème de Faltings. Point de vue  schématique  ou  arithmétique  pour les polyèdres réguliers et les configurations régulières en tous genres. En 1991, il confie à un de ses anciens étudiants, Jean Malgoire, cinq de ces cartons, contenant quelque 20 000 pages de notes rédigées depuis 1970.

Dans son testament, le mathématicien demande que ses dizaines de milliers de pages manuscrites soient remises à la Bibliothèque nationale de France. Il lève l’interdiction de divulguer ses écrits. Il s’agit maintenant de décrypter ces notes de calculs, de schémas et d’équations en tous genres, un travail jugé compliqué par le directeur de l’institut Grothendieck de Montpellier, dû non seulement à un problème de lisibilité de son écriture à la main, mais aussi de compréhension du fond, car  il faut être dans les mathématiques de Grothendieck pour le comprendre , a-t-il expliqué. EGA 1 : Le Langage des schémas , Publications mathématiques de l’IHÉS, vol. EGA 2 : Étude globale élémentaire de quelques classes de morphismes , Publications mathématiques de l’IHÉS, vol. EGA 3 : Étude cohomologique des faisceaux cohérents , Publications mathématiques de l’IHÉS, vol.

EGA 4 : Étude locale des schémas et des morphismes de schémas , Publications mathématiques de l’IHÉS, vol. Michèle Raynaud,  SGA 1 : Revêtements étales et groupe fondamental : 1960-1961 , Lecture Notes in Mathematics, vol. Michel Demazure,  SGA 3 : Schémas en groupes : 1962-1964 , Lecture Notes in Mathematics, vol. Michael Artin, Jean-Louis Verdier et al. 2 : Cohomologie étale , Lecture Notes in Mathematics, vol.

Luc Illusie, Jean-Pierre Serre et al. SGA 5 : Cohomologie l-adique et fonctions L : 1965-1966 , Lecture Notes in Mathematics, vol. Luc Illusie, Pierre Berthelot et al. Pierre Deligne et Nicholas Michael Katz,  SGA 7 : Groupes de monodromie en géométrie algébrique : 1967-1969 , Lecture Notes in Mathematics, vol. Alexandre Grothendieck, Esquisse d’un programme, Université Paris 6, Grothendieck Circle, 1984, 44 p. Alexandre Grothendieck, Les Dérivateurs, Université Paris 6, édité par Matthias Künzer, Jean Malgoire et Georges Maltsiniotis, 1991, 1976 p.