Ribérac Chalais 1:25 000 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cet ribérac Chalais 1:25 000 PDF est une ébauche concernant une commune de la Charente.


Författare: 1734SB.

Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune. Chalais est le chef-lieu de canton situé le plus au sud du département de la Charente, capitale du Sud Charente. Chalais est à 42 km au sud d’Angoulême et 45 km au nord de Libourne. La route principale est la D. 674, route d’Angoulême à Libourne, qui traverse la commune du nord au sud et longe la vallée de la Tude.

Chalais est aussi un important carrefour de routes départementales. Au nord-ouest, la D 731 va à Cognac en passant par Brossac, Barbezieux et Archiac. La D 2 vers l’est se dirige vers Ribérac en passant par Aubeterre. La commune comporte de nombreux hameaux, dont certains étaient des anciennes paroisses, comme Sainte-Marie au nord, Sérignac au sud, et Saint-Christophe à l’est.

La ville de Chalais s’est principalement étendue le long de la route d’Angoulême à Libourne et à l’est de la voie ferrée, à Saint-Christophe. Article connexe : Géologie de la Charente. Le relief de la commune est assez vallonné, principalement au nord et à l’est. Le point le plus bas est à 35 m, situé au confluent de la Tude et de l’Argentonne, à l’extrémité sud. La commune est dans le bassin versant de la Dordogne. La Tude, affluent de la Dronne et sous-affluent de la Dordogne par l’Isle, traverse la commune du nord au sud. Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Article connexe : Climat de la Charente. Au Moyen Âge, Chalais était le siège d’une seigneurie qui avait initialement le titre de baronnie, presque aussi ancienne que celle de Barbezieux. Elle fut une des dernières places fortes que les Anglais possédaient en France. Chalais fut aussi un prieuré important qui comptait une douzaine de moines et relevait de l’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges.

Le prieuré et l’église Saint-Martial furent endommagés lors des guerres anglo-françaises, puis plus tard par les protestants. Chalais possédait aussi une autre église, Saint-Georges, située au pied de la forteresse et au bord de la Tude. Révolution, le prince de Chalais n’émigra pas. Il fut simplement emprisonné comme suspect, et conserva ses propriétés territoriales. L’église de Chalais était le siège d’un archiprêtré qui comprenait 64 paroisses.

En 1648, ce nombre fut réduit à 36, de par la création des archiprêtrés de Barbezieux et de Montguyon. L’hôpital de Chalais fut fondé en 1690 par Mathieu Pascaud, chirurgien, et sa femme Geneviève Choquer. En 1726, des lettres patentes du roi, à la demande du prince de Chalais, du curé et des habitants, en réglèrent le fonctionnement. En 1852, la ligne de Paris à Bordeaux a été inaugurée entre Angoulême et Bordeaux, ce qui a permis à Chalais un nouvel essor économique, avec l’ouverture d’une gare, et de communiquer plus rapidement avec ces deux villes. En 1897, Chalais bénéficie d’un éclairage public au gaz d’acétylène, l’usine produisant le gaz était située route de Barbezieux. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Chalais est économiquement une ville essentiellement commerçante, comme elle l’a été au fil de son histoire, avec 60 commerces et entreprises, et un important marché hebdomadaire.