Genève Annemasse 1 : 25 000 PDF

Le Conseil d’Etat a fait part de ses chaleureuses félicitations à Mme Liliane Maury Pasquier, l’une des deux représentants genevois au Conseil des Etats, pour son élection, ce lundi 25 juin 2018, à la présidence de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Genève se genève Annemasse 1 : 25 000 PDF de l’accession d’une de ses citoyennes à cette haute fonction, qui constituera sans nul doute une occasion pour elle de perpétuer avec succès un engagement sans faille au profit des valeurs d’humanisme et d’ouverture sur le monde. Le Conseil d’Etat lui adresse, à cet égard, ses vœux de plein succès dans l’accomplissement de son nouveau mandat.


Författare: 3429 OT.

Le Conseil d’Etat a répondu à une consultation de la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des Etats concernant l’initiative parlementaire intitulée „Rôle de la Commission fédérale pour la protection de la nature et des paysages“. Jusqu’ici, ces sites ne pouvaient être transformés que si des intérêts publics nationaux ou supérieurs le justifiaient. Elle clarifie les objectifs de protection et il paraît déraisonnable d’en revoir aujourd’hui les bases légales. Pour toute information complémentaire : M. Consulté par le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, le Conseil d’Etat a indiqué qu’il était favorable au projet de modification de l’ordonnance sur la navigation intérieure.

Par ailleurs, lors de la procédure d’homologation des bateaux utilisés à titre professionnel, le contrôle en fonction des risques permettra à l’autorité cantonale d’exiger des rapports de sécurité de la part d’un architecte ou d’un ingénieur naval. Ces rapports établis par des tiers neutres ont pour objectif de s’assurer de la sécurité des personnes, du bateau et de l’environnement. Ils permettront d’éviter que l’autorité cantonale doive effectuer systématiquement un contrôle sur place. Leibzig, directeur général des véhicules, DI, T. Le Conseil d’Etat a répondu favorablement à la consultation du Département fédéral de justice et police relative au projet de révision de l’ordonnance fédérale sur les émoluments perçus en application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite.

Cette consultation fait suite à l’adoption par les Chambres fédérales, le 16 décembre 2016, du dispositif très attendu visant à protéger le débiteur contre une poursuite injustifiée, en lui donnant la faculté de déposer une demande auprès de l’office des poursuites pour empêcher que la poursuite en cours soit portée à la connaissance de tiers lorsque le créancier n’a pris aucune disposition pendant trois mois pour faire écarter l’opposition. La consultation a également pour objectif de déterminer si les offices des poursuites et des faillites encaissent des montants d’émoluments supérieurs aux coûts engendrés par leur activité. A ce sujet, il faut noter que le tarif étant fixé par la Confédération, les cantons n’ont aucune marge de manœuvre pour adapter les montants. Dufey, directeur général de l’office des poursuites, DES, T. Conseil d’Etat se montre globalement favorable au document proposé.