Die Waffen-SS PDF

Mettre en place une division composée de grenadiers ukrainiens est une décision prise durant l’hiver 1942. L’Die Waffen-SS PDF démontre sa capacité de résistance à Stalingrad. Les autorités allemandes se doivent de recruter massivement au sein des pays occupés pour combler les pertes.


Författare: .

Aktuelle Forschungsergebnisse, um die Waffen-SS besser zu verstehen
Die in diesem Band versammelten Texte einschlägig ausgewiesener Experten erkunden bislang vernachlässigte Themenbereiche und entwickeln neue Fragestellungen zur Geschichte der bewaffneten SS. Zu ihnen gehören biografie-, struktur-, sozial- und operationsgeschichtliche Ansätze. Es wird nach der Rolle des weiblichen Personals in der Waffen-SS, nach Netzwerken innerhalb des Führerkorps sowie nach der Motivation von ausländischen Freiwilligen und Zwangsrekrutierten gefragt. Das Buch bietet auch Studien zu Soldaten, die aus Jugoslawien, Rumänien, Estland, Dänemark und Norwegen stammten. Sowohl Kriegsverbrechen als auch die Beteiligung von Waffen-SS-Einheiten am Holocaust werden beispielhaft erläutert. Die militärischen Leistungen der Waffen-SS auf dem Schlachtfeld sind Gegenstand exemplarischer Analysen. So entsteht ein differenziertes Bild der Waffen-SS, ihrer Organisationsstruktur, ihres Personals und ihrer Verbände, das in seiner Gesamtheit über die bislang vorliegenden monographischen Darstellungen hinausgeht.

Le Docteur Otto von Wächster, le responsable de la région, ne rencontre au départ pas de soutien fort de la part de sa hiérarchie, les SS ne jugent pas digne d’armer des Slaves. Cependant Himmler fini par donner son aval en créant de sérieuses entorses aux critères de sélection raciale. Parade de volontaires ukrainiens rue Kosciuszki à Sanok, mai 1943. La zone privilégiée pour le recrutement est l’ancienne Galicie austro-Hongroise, dont les populations sont jugés plus facilement aryanisables. La campagne de recrutement est menée durant l’hiver 1942-1943 et rencontre un immense succès. Une adhésion aussi massive peut s’expliquer par la forte conscience nationale développée alors par les Ukrainiens.

Une bonne partie des volontaires fait partie de l’UPA, le mouvement d’insurrection ukrainien qui lutte depuis longtemps contre les Soviétiques. Ukrainiens sont morts de faim de 1931 à 1933 et ce peuple garde un profond ressenti contre leur ancien oppresseur. Il s’agit dès lors d’un engagement nationaliste qui, comme dans le cas des Estoniens et des Lettons, compte obtenir l’indépendance par le sang. Les Allemands font un effort en permettant aux Ukrainiens de pouvoir intégrer des prêtres catholiques et orthodoxes, sans encadrement nazi. L’autre concession est que l’unité ne se battra que pour combattre les bolcheviques. Autrement dit ils ne seront pas envoyés à l’Ouest comme les autres volontaires de l’Est comme les Russes et les volontaires caucasiens. Les Ukrainiens sont versés dans la Waffen-SS.

L’entraînement de base est achevé en septembre 1943. Constituée et entraînée, la division est nommée SS Freiwiligen Division  Galizien , du nom de l’appellation de la partie occidentale de l’Ukraine, le nom Ukraine étant été rejeté. L’unité suit un entraînement complémentaire à Dembitz, dans le gouvernement général. Le 22 octobre 1943 l’unité est rebaptisée 14. Malgré cela, à la fin de l’année 1943, une partie de son équipement est versé à d’autres unités de la Waffen SS. La direction de cette unité est confiée au SS Brigadeführer Fritz Freitag. Homme proche de ses hommes, il est très apprécié de la troupe.

L’encadrement est essentiellement allemand et la troupe est composée de Volksdeutsche ukrainiens et d’Ukrainiens. La majorité d’entre eux proviennent de la partie occidentale de l’Ukraine, en particulier de Lemberg et de Tarnopol. Le premier engagement a lieu à la mi-février 1944. Le Kampfgruppe  Beyersdorff  est mis sur pied et envoyé à Zamość dans le sud-est de la Pologne contre des partisans polonais. La préparation de la division est achevé au début de l’été 1944 et est rattachée à l’Heeresgruppe Süd au sein de la 1. L’offensive balaie les troupes allemandes incapable de résister aux multiples opérations soviétiques qui se succèdent sur toute la longueur du front. Les Ukrainiens sont envoyés dans le secteur sud de l’offensive, vers la ville de Brody.

Les Soviétiques qui se préparent à attaquer la ville supposent que la division ukrainienne est le point faible du dispositif allemand. Les Allemands font preuve d’une grande admiration pour les Ukrainiens, en particulier leur Brigadeführer Freitag qui désormais s’oppose à toute différence de traitement entre Ukrainiens et Allemands. Après la bataille, les 3 000 survivants sont stationnés dans la région de Neuhammer, dans le Reich, pour reconstitution. 1945, elle est déployée en Slovénie pour combattre les partisans de Tito.

La capitulation surprend les restes de l’unité dans les villes de Tamsweg et Judenburg en Allemagne. Après la défaite de Brody, de nombreux combattants continuent à lutter contre l’Armée rouge au sein de l’UPA, dans les Carpates jusqu’au milieu des années 1950. Waffen SS sont intervenues de manière systématique. Ces actions de la Division SS Galicie contre des résistants d’autres pays luttant sur leurs territoires nationaux contre les occupants nazis ne peuvent évidemment pas être imputées à des  raisons nationalistes  ukrainiennes. 28 février 1944, fait l’objet de débats. Ce fait est contesté par certaines sources ukrainiennes.